Petit guide : Tout savoir sur l’insert et la décoration cheminée

Principe et fonctionnement d’une cheminée insert

L’insert de cheminée est un appareil de chauffage, il est composé d’un module cubique de fonte ou d’acier qui s’encastre dans une cavité déjà construite. Sa face avant est vitrée, le conduit d’évacuation des fumées s’intègre à celui existant. Le foyer est alimenté en bûches de bois ou en granulés. Une fois le combustible enflammé, la chaleur se diffuse soit par rayonnement infrarouge, soit par convection.

Le rayonnement infrarouge est émis par les braises et le feu qui produisent une chaleur intense qui se propage à travers la vitre. La convection utilise l’air frais, celui-ci est réchauffé en passant par la double paroi de l’insert et circule le long de la cheminée pour ressortir finalement par les grilles d’air chaud. Ce système multiplie le rendement du feu de cheminée grâce à son âtre fermé et à son alimentation en air canalisé. Il est donc plus efficace et plus économique qu’un foyer ouvert.

Les différents types d’inserts et leur installation

Les types d’inserts

Il existe plusieurs modèles d’insert de cheminée qui emploient différents combustibles :

  • L’insert traditionnel : Composé d’un bloc de fonte ou d’acier, il s’insère directement dans une ancienne cheminée. Les bûches de bois ou les granulés alimentent le foyer. Il est capable de réchauffer une pièce voire toute une maison.
  • L’insert électrique: Plus léger, il peut se glisser dans un meuble, un mur et bien évidemment dans la chambre de combustion d’une ancienne cheminée. De forme identique à un insert standard, sa particularité est qu’il fonctionne à l’électricité. Cette décoration cheminée répand une chaleur douce et régulière qui peut chauffer une pièce de 30m2 grâce à une puissance pouvant aller jusqu’à 2000w.
  • L’insert bioéthanol : Il ne nécessite pas de conduit et fonctionne grâce à un réservoir qui conduit le carburant jusqu’au brûleur. L’énergie utilisée est généralement de l’alcool éthylique aussi connu sous le nom de bioéthanol. La flamme est chaleureuse mais peu efficace et n’a pas la capacité de chauffer une pièce entière.
  • L’insert gaz: Il s’installe dans un emplacement de cheminée standard. Il sera nécessaire de le raccorder à un conduit de fumée ou de fixer une ventouse étanche. Il utilise un raccordement au gaz de ville ou une bouteille de gaz liquéfié.

 

L’installation des différents modèles

L’installation d’un insert traditionnel ou d’un insert à gaz nécessite de placer celui-ci dans l’âtre existant de la cheminée. Il faudra ajuster l’emplacement, certainement le réduire afin d’éviter l’accumulation des suies. Des plaques de métal viendront encadrer et protéger les parois, un insert accumule beaucoup plus de chaleur qu’une cheminée ouverte. Le conduit devra également être isolé avec des carreaux de laine minérale associés à du film d’aluminium pour garder la chaleur jusqu’à l’extraction des fumées.

La mise en place d’un insert électrique est plus aisée. Présence d’une prise de courant à proximité, la cavité doit être adaptée, ni trop grande, ni trop juste. Il sera utile de prévoir un accès pour les câbles électriques. Il suffit ensuite de monter le support d’installation et d’installer la cheminée. L’insert à l’éthanol comme celui électrique se fixe sur un support en matériau résistant et ininflammable. Il faudra veiller à garder une zone de confinement appropriée afin de garantir une aération suffisante.

L’installation peut nécessiter des compétences techniques fines, dans ce cas-là, l’aide d’un professionnel permet une pose réussie.

Quelle décoration de cheminée choisir ?

C’est une bonne question, pour y répondre vous devrez analyser vos besoins. L’important est-il d’augmenter la performance de chauffe ou est-ce la recherche d’un bien-être esthétique ? Si le but est de pouvoir chauffer correctement toute une habitation, l’insert à bois est conseillé. Il est efficace et performant et produit cinq fois plus de chaleur qu’un foyer ouvert.

Les projections de cendre ou de braise sont évitées. Il offre donc moins d’entretien et plus de sécurité. L’insert au gaz est également très performant. Il évite l’approvisionnement et le stockage de combustible et ne produit aucune suie. La puissance et la hauteur de flamme sont ajustables et la température peut être choisie. Ces deux systèmes nécessitent un raccordement au conduit d’évacuation.

L’insert électrique chauffe moins bien que les deux précédents mais offre l’avantage de convenir à tous types d’habitats. Très facile à installer, il est inutile de positionner un conduit de cheminée. Ses performances restent tout de même acceptables, il offre une puissance calorifique de 1 ou 2 kws, appréciable durant la saison hivernale. Son entretien est simple et le risque d’incendie est inexistant. Il est possible de choisir la couleur de flamme, de régler sa hauteur et son intensité.

L’insert éthanol est le moins performant de tous et le moins économique. Il n’est pas destiné à chauffer mais plutôt à embellir un intérieur. Mobile puisqu’il ne nécessite pas de conduit d’évacuation des fumées, la décoration cheminée à l’éthanol peut être posée au sol, suspendue ou encastrée dans un mur.

Où acheter un insert de cheminée et à quel prix ?

Achat d’insert de cheminée

Généralement, les magasins de bricolage proposent à la vente des inserts à cheminée traditionnels, avec du bois ou des granulés comme combustible. Il est plus rare d’y trouver d’autres modèles. Si vous vous orientez vers une décoration de cheminée à l’électricité, le plus adéquat est de vous diriger vers les sites spécialisés dans ce produit comme Chemin’Arte par exemple. Des professionnels seront à votre écoute, vous conseilleront et répondront à l’ensemble de vos questions.

Gamme de prix

Le coût pour une cheminée dépend du modèle et du combustible utilisé.

– insert à bois : de 500 à 4000€

-Insert à granulés : de 500 à 5000€

-Insert à gaz : 1000 à 3000€

-insert bioéthanol : 500 à 4000€

-Insert électrique : 200 à 3000€

Les vitres des cheminées décoratives

Les inserts à bois sont généralement équipés d’une vitre vitrocéramique qui ne subit pas de dilatation à haute température et permet le passage de la chaleur.

Les inserts à gaz électrique ou bioéthanol utilisent du verre.

Nettoyage de la vitre

Les cheminées à bois salissent très vite la vitre de l’insert. La suie, les fumées et autres divers dépôts s’installent et encrassent le vitrage. Il existe divers moyens de lessiver cette surface :

Les produits chimiques spécifiques, vous les trouverez en grandes surfaces. Très efficace mais nocif pour la santé.
Du papier journal humide et de la suie. Cette astuce a fait ses preuves et est très économique.
Vinaigre blanc et bicarbonate de soude, trempez un chiffon dans de l’eau additionnée à du vinaigre blanc puis tapotez le chiffon dans le bicarbonate de soude, frottez la vitre.
Nettoyeur vapeur, performant et facile d’utilisation.
Il est recommandé de vérifier le joint d’étanchéité de la porte, un joint étanche garde la vitre propre plus longtemps.

L’avantage des cheminées décoratives à l’électricité est qu’elles n’émettent pas de salissures et gardent ainsi une vitre translucide. Il est tout de même nécessaire de nettoyer la vitre extérieure à l’aide d’un chiffon doux.

Pour vous éviter un fastidieux récurage, optez pour une vitre autonettoyante. Le principe repose sur le fait que la face extérieure se pare d’un revêtement pyrolyse résistant, ce qui aide à maintenir une vitre propre.

Remplacer la vitre

Pour remplacer une vitre d’insert de cheminée, vous pouvez faire appel à un professionnel. Pour plus d’économie, il est également possible d’effectuer ce changement soi-même. Pour cela, il suffit de dégonder la porte vitrée et de la poser à plat pour plus de sécurité. Dévisser les différentes attaches et extraire la vitre. Bien nettoyer l’encadrement. Placer la nouvelle vitre à l’aide des pattes de fixation. Remonter la porte et coller le joint.

Entretien et nettoyage d’un insert

Il est essentiel d’utiliser un bon bois dès la mise en place de l’appareil de chauffage. Il devra être bien sec avec un taux d’humidité inférieur à 20 %, les essences telles que le chêne, l’orme, le hêtre, le charme et le châtaignier sont à privilégier car elles possèdent un pouvoir calorifique plus élevé.

Le cendrier en forme de tiroir ou de petite caisse doit être vidé et aspiré avant qu’il ne soit plein. Les ventilateurs de certains modèles doivent être dépoussiérés, le moteur et les pales lubrifiés. Il faudra également aspirer la cendre dans le reste du foyer, à l’aide d’une brosse métallique gratter les dépôts de suie. Lessiver les parois intérieures avec un torchon savonné.

Les cheminées décoratives électriques sont bien moins contraignantes sur ce point. Commencez par couper le disjoncteur principal, aspirez les bouches d’air. Dépoussiérez ensuite les grilles de ventilation à l’aide d’un chiffon microfibre ainsi que les parois et la vitre. C’est un entretien facile et rapide.

Ramonage

Le ramonage est une obligation légale. Il doit être effectué au minimum une fois par an par un professionnel qualifié Qualibat ou ayant un minimum de 3 ans d’ancienneté. Un certificat de ramonage vous sera remis à la suite de l’intervention et devra être communiqué à votre assurance habitation. Habituellement, le ramoneur opère son action par le haut, c’est-à-dire qu’il monte sur le toit, introduit une brosse hérisson dans le conduit de cheminée afin de décoller tous les résidus. Une aide peut être apportée avec l’utilisation d’une bûche de ramonage. Si l’encrassement est trop important, une débistreuse sera employée pour enlever les couches réfractaires.

Partager cet article sur

Chemin'Arte